Edito : Les expéditions

La science résonne comme une aventure extraordinaire. Traverser le globe à la quête de l’inconnu, repousser les frontières physiques et culturelles pour façonner nos représentations. Voilà les objectifs des expéditions scientifiques qui fleurissent depuis le milieu du XVIIIe siècle.

Les premiers voyages à caractère de sciences émergent après les grandes découvertes, favorisés par l’arrivée de nouveaux instruments et de nouveaux courants philosophiques, comme ceux de Rousseau, Darwin ou encore Buffon. La première expédition recensée est d’ailleurs celle du Dolphin, menée par la Royal Navy britannique entre 1764 et 1766, pour découvrir de nouvelles terres dans le sud de l’océan Atlantique.

Mais au-delà de braver de nouvelles contrées, c’est bien un esprit de découverte qui se développe. Les missions ont pour objectifs cruciaux de cartographier l’espace, tracer de nouvelles routes commerciales, recenser de nouvelles espèces animales ou végétales, de nouveaux peuples, mais aussi de perfectionner les savoirs théoriques et expérimentaux dans moult domaines scientifiques (astronomie, géographie, systématique, océanographie, médecine, etc.).

Seul ou en équipe, historiques ou contemporaines et parfois sujettes aux mythes, les expéditions sont signe d’exploit. Pour ce numéro inédit de L’Octopus, nous souhaitions rendre hommage aux femmes, aux hommes et aux innovations techniques qui ont parcouru le monde pour le bien commun. Sur les traces de la cryptozoologie ou de l’Atlantide, aux côtés de John Franklin et de James Cameron, ou à bord de l’expédition Tara, laissez-vous bercer par des récits qui ont dessiné et qui dessinent encore la face de notre monde.

Corentin Mathé-Deletang

Image : Senior Chief Petty Officer NyxoLyno Cangemi