Histoire et jeux vidéo

Depuis ses origines, le jeu vidéo a toujours puisé son inspiration dans la culture.  Aujourd’hui, grâce aux évolutions technologiques, certaines  plateformes de jeu sont  devenues  des  vecteurs de partage de connaissances, notamment historiques. Nombreux sont les jeux vidéo « inspirés de faits réels » et centrés sur des périodes clés de l’Histoire. Cela offre aux joueurs un moyen de s’instruire tout en (re)découvrant certaines des constructions qui font la beauté de l’Humanité. L’Octopus vous propose de découvrir trois de ces jeux vidéo qui mettent à l’honneur l’Histoire et ses monuments. À vos manettes ! 

Antoine Duval

Une histoire en mémoire 

La ville de Paris de l’époque révolutionnaire avait été modélisée intégralement pour le jeu Assassin’s Creed : Unity, sorti en 2014. © Ubisoft

Mêlant histoire et aventure, le jeu Assassin’s Creed vous plonge dans l’univers de la Grèce Antique, des pyramides Égyptiennes ou au cœur de Paris pendant la Révolution française. Les travaux menés par des équipes d’historiens, d’architectes et de journalistes spécialisés ont permis de reconstituer  de nombreux monuments historiques, notamment Notre-Dame de Paris. Pas moins de deux ans ont été nécessaires pour reproduire à l’identique et en grandeur nature notre chère cathédrale. Inspiré de faits et de personnages réels, ce jeu d’aventure prend certaines libertés et permet aux joueurs de s’approprier leur propre histoire dans un décor sur mesure. Cette reconstitution permet aussi de garder en mémoire une architecture qui pourrait se perdre au fil du temps. 

Aurore Chevalier

Une pilleuse de tombes au service de  l’Histoire

Cité Perdue de Paititi. © Square Enix

Paradoxalement, l’immersion totale dans un jeu vidéo relève du réalisme de son univers fictionnel. Cela est d’autant plus vrai pour les jeux à caractère historique. Quel meilleur exemple que la saga Tomb Raider, et les aventures de la jeune archéologue Lara Croft. Dans Shadow of the Tomb Raider, celle-ci part à la recherche de la Cité cachée de Paititi, au cœur de l’Amazonie péruvienne. Paititi ? On connaît cette cité sous un autre nom : l’El Dorado. Pour reconstituer cet univers mythique, les développeurs ont réalisé un énorme travail de recherches, s’inspirant de la culture et de l’architecture Maya, Inca et Aztèque. Documents et iconographies archéologiques, entretiens avec des historiens et trois ans de labeur ont permis à ce jeu de passer de l’ombre à la lumière.

Déborah Bourgeau

The Witness : quand le récit passe par l’architecture

Version non finalisée de l’île du jeu The Witness. ©PlayStation Europe

The Witness est un jeu vidéo 3D d’énigmes. L’aventure se déroule sur une île divisée en secteurs, chacun contenant un type de puzzle. En plus d’un game design travaillé pour que l’apprentissage soit instinctif, l’île a été conçue par des paysagistes et des architectes. Ils ont établi par zone le type de culture des anciens habitants de l’île, les bâtiments construits et leur utilisation et remodelage par des civilisations plus récentes. Les fantômes des premières constructions sont parfois perceptibles : « quelques briques dépassant du sol » décrit Jonathan Blow, le designer du jeu. Les structures sont représentatives des philosophies des peuples : le récit est encodé dans l’architecture. Les dessins et ébauches sont mis à l’honneur, affichés sur les murs. Ce n’est qu’un aperçu de leur travail titanesque.

Agathe Delepaut