Le récit : deux temps, une vie

Main de personne âgée écrivant. Par Branimir76. Licence d’utilisation à design unique canva. / https://www.canva.com/photos/MAEEeDA6TIc-writing-a-memories-nostalgia/ Par Branimir76. Licence d’utilisation à design unique canva. / https://www.canva.com/photos/MAEEeDA6TIc-writing-a-memories-nostalgia/

« C’était mieux avant  ! » : Voici trois mots que nous avons beaucoup entendus. Ils cachent en réalité une quête de renouement avec sa propre histoire. Et s’il suffisait, pour cela, de la raconter ?

Nous sommes tous les produits d’innombrables choix de vie, joies et peines, apprentissages et déceptions. Plus ce vécu s’étoffe, plus il peut nous sembler difficile à cerner, à moins d’en faire un récit. Peu objectif, celui-ci s’oppose à la description, manière froide et impersonnelle de relater des événements. Il donne sens à ces événements, les relie pour que idem et ipse se distinguent, pour « faire la part des choses » en somme. Quelques définitions s’imposent.

Selon le philosophe Paul Ricoeur, une personne se définit elle-même selon deux critères : l’idem, qui désigne ses caractères invariables (couleur des yeux, sensibilités, talents…), et l’ipse, qui décrit ses partis pris et liberté d’agir (Ricoeur, 1983-85, p. 115). Pour relier le présent au passé, le psychiatre et psychanalyste Jacques Lacan propose quant à lui deux façons d’aborder le temps : la vision progrédiente et la vision rétrograde. La première permet d’instaurer une continuité entre passé et présent, comme dans un scénario ; la seconde explique le présent par le passé, en rattachant les actions et l’état de l’individu à son vécu (Lacan, 1953-54, p. 70).


À lire aussi …

Source: https://www.flickr.com/photos/richardkennett/2415875629/

C’était mieux avant !

Où l’on apprend que, plus un pays est petit, et plus il vous manque… Ah, la vie d’avant la pandémie, y a pas à dire, c’était vraiment le bon vieux temps … C’est qu’il est facile de plonger dans la « nostalgie » de notre vie antérieure aux gestes barrières.…

Lire la suite

Le récit est donc efficace pour se réapproprier son vécu. Voilà pourquoi une psychothérapie peut redonner confiance en soi, « simplement en discutant » dirait-on. Tout comme poser sur le papier son vécu et son ressenti, peut aider à renouer avec le présent … Voire donner naissance à des œuvres d’art insoupçonnées.

Sylvain Roy


Sources :

Lacan, J. (1966) Le temps logique et l’assertion de certitude anticipée. Dans Écrits, Paris, Seuil.

Ricœur, P. (1990) : Soi-même comme un autre. Paris, Seuil.

Ricœur, P. (1983-1985) : Temps et récit. Paris, Seuil, 3 Vol.