Crazy In Love : Beyoncé a la science infuse

©Xuan Nguyen

Il m’aime… un peu… beaucoup… passionnément… à la folie ! Nombreux sont les adages suggérant un quelconque lien entre l’amour et la folie. 

Ne dit-on pas « être fou de quelqu’un » ou « aimer à la folie » ? Cette curieuse analogie est même commune à plusieurs langues. Si un Anglais vous dit un jour « I am crazy about you.», vous pourrez littéralement le comprendre comme « je suis fou/folle de toi ».

Alors pourquoi rapprochons-nous ces deux notions ? Si l’on reste sur une analyse sémantique de la question, le véritable amour est qualifié de passionnel. Mais alors qu’est-ce que la passion ? Dans son sens le plus strict, la passion est un état affectif intense et irraisonné qui domine quelqu’un et l’asservit… à la manière de la folie me direz-vous. Et pour cause, on peut considérer le sentiment amoureux comme une sorte de folie, ayant ses propres symptômes et conséquences.

Lorsque l’on est amoureux, l’amygdale de notre cerveau, impliquée dans la réponse au stress, s’active. On ressent alors une profonde agitation, parfois même un sentiment de panique incontrôlable à la vue de l’être aimé. Parallèlement, le circuit de la récompense libère de la dopamine, de l’ocytocine et des endorphines, qui vont nous plonger dans un état euphorique et dépendant, à l’instar d’une drogue. Et lorsque l’élu de notre cœur, ou devrait-on dire de notre cerveau, est absent, nous ressentons un effet de manque.

Pendant cet épisode d’amour passionnel, nous subissons donc d’intenses changements neurochimiques, engendrant des comportements étranges : addiction, manque, incapacité à prendre des décisions raisonnées et aliénation. En cas de symptômes similaires, rassurez-vous, vous n’êtes pas fou… seulement amoureux.

Déborah Bourgeau