L’adoption du café : une histoire mouvementée

Though Murad IV banned tobacco, alcohol and coffee, some say he consumed all three and his death was the result of alcohol poisoning.

Il semble aujourd’hui tout à fait normal de boire son café chez soi le matin, à une terrasse ou devant une machine. Cependant lors de sa diffusion, cette mystérieuse boisson noire comme l’encre a suscité bien des méfiances.

En 1511 déjà, le gouverneur de La Mecque convoque une assemblée d’experts qui conclut – pour des raisons médicales – à la nécessité d’interdire cette boisson. Cette décision qui sera annulée par le sultan du Caire – grand amateur de café – marque cependant la première tentative d’interdiction de la boisson.

Plus tard, au XVIIème siècle, les « maisons de café » ont fleuri partout dans la région, le Caire en aurait compté plus de milles en 1630. A Constantinople cependant, le sultan Murad IV décrète le café illégal. Il fait jeter dans le Bosphore des centaines de consommateurs enfermés dans des sacs et en décapite lui-même certains avec un sabre. La raison ? Lui et certains de ses ministres étaient persuadés que la consommation de café poussait au complot contre le pouvoir. Au-delà de ce prétexte, les cafés étaient effectivement des lieux de rencontre populaires où, porté par une relative liberté de parole, on discutait volontiers politique.

En Europe aussi on accueille cette boisson avec méfiance. Pour les mêmes raisons que le sultan ottoman, le roi d’Angleterre Charles II l’a fait brièvement interdire. On conseille également au pape Clément VIII de faire de même. Ce qu’il refuse, jugeant, après en avoir bu, que cette boisson était non seulement non-diabolique mais également bonne, et il en conseille son usage.

D’abord cantonné aux cercles aristocratiques, le café devient une boisson populaire vers 1850 avec l’avènement de la production coloniale. Aujourd’hui, plus personne à part certains groupes religieux comme les mormons ne proscrivent le café, et personne ne songerait à poursuivre ses consommateurs. Signe qu’avec le temps, la rationalité peut toujours triompher sur la peur de la nouveauté, et qu’une nouvelle coutume peut être finalement adoptée par tous.

 

Guénolé Carré