L’épigénétique, la mémoire au cœur de nos cellules

L’influence de notre environnement sur nos gènes ne fait plus de doute : c’est l’épigénétique. Il s’agit de modifications du niveau d’activation des gènes (l’intensité avec laquelle ils sont exprimés), qui peuvent rester longtemps dans notre corps, et potentiellement se transmettre à notre descendance.

Cette découverte a mis le coup de grâce à l’idée que tout vient des gènes : l’épigénétique. Notre ADN, logé au cœur de nos cellules, est le support de divers gènes, comme des mots sur les pages d’un livre. Cet ADN est enroulé autour de protéines appelées histones. Cet enroulement joue un rôle d’interrupteur : si l’ADN est très enroulé à un endroit, les gènes y sont inactivés. C’est ce processus que l’on nomme épigénétique. Mais il existe des nuances entre l’activation et l’inactivation, et le gène peut par exemple être activé au-delà de la normale par les facteurs épigénétiques, c’est la suractivation.

Du même auteur :

Prématurés : quand l’amour des parents les sauve

Un bébé considéré comme grand prématuré pèse souvent moins d’un kg. Ils paraissent si fins et si frêles qu’il pourrait paraître logique de les isoler du monde extérieur et de tout risque de maladie. Pourtant, plusieurs études ont montré que le contact humain est un besoin vital pour eux.  Dans sa page dédiée aux enfants […]

Or, l’épigénétique dépend de notre environnement : de nombreux facteurs comme le stress ou la nutrition peuvent l’influencer. Par exemple, chez le rat, les petits léchés par leur mère sont plus calmes car un gène diminuant les hormones de stress est activé. Les modifications vont ensuite être conservées lorsque les cellules se multiplient, notre corps gardera ainsi en mémoire les effets d’événements tels qu’un stress. La transmission des modifications épigénétiques à nos enfants fait débat, mais plusieurs observations semblent aller dans ce sens. Par exemple, certains gènes font l’objet d’une empreinte parentale : seul celui de la mère, ou du père, sera activé chez l’enfant. Et ce, quelle que soit la version du gène, ou allèle, transmise par les parents. 

Gaia Jouanna

Sources :