Edito : le sommeil

Quinze heures durant, la méduse se repose. Bercée par les flots et sensible aux moindres courants, cet animal composé presque exclusivement d’eau, dort. Des invertébrés à l’Homme, le sommeil a été conservé au cours de l’Évolution : pour consolider les connaissances apprises pendant la journée, nettoyer le cerveau des déchets du métabolisme, produire des hormones, réguler la température. Durant le sommeil, notre organisme, loin d’être inactif, s’attelle à de multiples activités vitales.

 

Un ami essentiel et pourtant si mystérieux. Il n’est pas seulement un besoin silencieux. Le corps le réclame et en son absence, il en paie le prix. Ce compagnon, quand il est dérangé, peut être la cause de maux du corps et de ses manifestations pathologiques.

Son absence produit des effets néfastes tant sur la mémoire et l’humeur, que sur le métabolisme entier.  

 

L’ami sommeil a aussi un côté autoritaire, il régit notre journée. Un tiraillement de tous les jours entre le plaisir de le retrouver et le temps qu’il nous prend. Ce temps, parfois soumis à rude épreuve quand il faut faire tenir en 24 heures, le travail, la famille, les obligations, les amis et… lui. Au fil des siècles, le rapport entre l’Homme et son ami a évolué. Mais il sera toujours là, important, vital, maladif, accueillant, égoïste et prenant.

Un vrai défi pour la science de sonder les mystères de ce besoin physiologique. Pourquoi est-il nécessaire ? Que se passe-t-il dans l’organisme pendant le sommeil ? Pourquoi rêve-t-on ? Ce mois-ci, l’équipe de L’Octopus vous propose une immersion à la découverte de cet allié, à qui est dévolu un tiers de notre vie.

Camilla de Fazio & Juliette Dunglas