Mosaïque : Créatures mythiques de la nuit

Le lutin des Dolmens

Ronde de Korrigans, image composite : Agathe Delepaut et photo (modifiée) du Dolmen de Quélarn par Lemra ou pas

Petit et malicieux, le Korrigan vit à travers les légendes du pays breton. Tantôt généreux, tantôt redoutable de vengeance, personne ne doute de son espièglerie. L’histoire raconte qu’à la tombée du jour, ces créatures se rejoignent pour danser en cercle jusqu’au bout de la nuit. Gare aux pauvres mortels osant les interrompre : les ensorceleurs malicieux vous lanceront un défi dont l’échec vous bannira aux enfers. Et restez sur vos gardes les 31 octobre, car les anciens racontent qu’ils sortent des légendes pour venger les morts.

Tiphaine Claveau

Hurlements dans la nuit

The Banshee, aquarelle de Henry Meynell Rheam, modifiée par Agathe Delepaut

Cheveux défaits, longue robe et teint pâle, les Banshees annoncent la mort. À la nuit tombée, elles pleurent, gémissent, se lamentent : ce sont leurs mélopées funèbres. Avec le temps, ces chants funéraires se sont changés en hurlements stridents qui présagent un décès. Les Banshees proviennent de la mythologie celtique irlandaise mais sont aussi assimilées à la légende bretonne des lavandières de la nuit (Kannerezed noz). Ces dernières lavent un linceul le soir pour qui viendra à mourir. Mères infanticides, laveuses malhonnêtes ou pécheresses, elles sont cependant silencieuses contrairement à leurs sœurs irlandaises.

Agathe Delepaut

Monstre des Mille et une Nuits

Amine découverte avec la Goule, Gravure de The Arabian Nights Entertainments, modifiée par Agathe Delepaut

Al-ghûl, le démon ou la calamité. La goule est une créature issue de la mythologie arabe et perse et est notamment décrite dans les contes des Mille et une nuits. Sorte de djinn maléfique, elle sert le diable Iblis. Cette créature ressemble à une sorcière grisâtre aux pieds fourchus mais elle peut changer d’apparence à volonté. La goule vit la nuit et hante les déserts pour attaquer les voyageurs égarés, souvent en prenant la forme d’une hyène ou d’une vieille femme. Elle est aussi charognarde, ayant une fâcheuse tendance à déterrer les cadavres des cimetières…

Agathe Delepaut

L’incarnation du cauchemar

Tableau Le Cauchemar de John Henry Fuseli, modifié par Agathe Delepaut

Vous êtes-vous déjà réveillé en pleine nuit avec l’impression que l’on compressait votre poitrine ? Si c’est le cas, un incube s’est probablement invité dans votre chambre. Des textes décrivant cette créature démoniaque sont retrouvés dans les mythologies mésopotamiennes, grecques ou encore lors des procès des Templiers. L’incube et son homologue féminin, la succube, horrifient ainsi les peuples depuis la nuit des temps. Aujourd’hui, les scientifiques rapprochent l’incube de la paralysie du sommeil, un trouble terrifiant qui nous emprisonne quelques minutes entre le songe et la réalité.

Baptiste Gaborieau

Pierre et le Loup-garou

Lycanthrope, xylographie par Lucas Cranach l’Ancien modifiée par Agathe Delepaut

Le loup-garou, ou lycanthrope, désigne un homme qui se transforme partiellement ou entièrement en loup les nuits de pleine lune. Bien que très populaires au Moyen-Âge avec la forte population de loups, ces légendes existent depuis l’Antiquité. Le mot « lycanthropie » vient d’ailleurs du nom du roi grec Lycaon, transformé en loup par Zeus pour avoir servi de la viande humaine lors d’un banquet. D’après le Manuel des Créatures Magiques, une femme qui se transforme en loup-garou est appelée garache. Aujourd’hui, la lycanthropie n’est scientifiquement reconnue que comme maladie mentale : le patient atteint de lycanthropie clinique se croit transformé en loup.

Mathilde Ruby