Mosaïque : les mets issus de la mer

Le poisson ou le poison Fugu ?

Fugu – ©Jim – CC BY-SA 2.0

Le Fugu, c’est ce poisson qui sous la menace, se gonfle et hérisse ses piquants à la manière d’un hérisson. Présent dans les mers du Pacifique, il est très apprécié par les Japonais. Cependant sa préparation relève du parcours du combattant : il faut peler et fileter le poisson encore vivant en n’abimant aucun organe pour ne pas libérer la tétrodotoxine, une toxine mortelle. Alors si vous rêvez de déguster ce petit poisson, choisissez un chef qui vous gardera la vie sauve !

Camille Paschal

Les crevettes

Crevettes – © Dana Tentis – Domaine public

Grillées, sautées ou bouillies, les crevettes sont les fruits de mer les plus consommés. Elles sont une source non négligeable de vitamines B et E, de sels minéraux comme le calcium, le phosphore, le magnésium et le sodium et d’oligo-éléments tels que le sélénium et le cuivre. Une portion de 100 g contient majoritairement de l’eau (75 g) et une vingtaine de grammes de protéines, légèrement supérieure à la moyenne contenue dans d’autres fruits de mer. Les crevettes sont aussi extrêmement pauvres en glucides, ce qui est en fait un mets encore plus savoureux pour ceux qui se soucient de leur ligne !

Linda Chenane

Le sel de mer

Sel de table © Dubravko Sorić

Il est partout. Nous en sommes addictes au point qu’un plat sans lui devient insipide. Il a été dès l’Antiquité un signe de richesse, occasionnellement utilisé comme monnaie d’échange. A l’origine du mot salaire, il servait de rémunération aux soldats romains. Antibactérien, conservateur, les pays bordants les mers en tiraient une force économique. Aujourd’hui beaucoup plus commun et bon marché, un défaut lui est apparu. Deux études ont révélé la présence de microplastiques dans le sel de table en Chine et en Espagne. Le sel marin serait le plus touché, de quoi ébranler l’image de ce fidèle compagnon culinaire.

Marion Barbé

Le panope

Plat de fruits de mer surmonté d’un Panope – © 성열 park

Le panope, scientifiquement appelé Panopea generosa et plus connu sous le nom de palourde royale, est un aliment pour le moins surprenant. Mollusque de la classe des bivalves (comme les huîtres et les moules par exemple) vivant sur la côte Pacifique, le panope est considéré comme un mets très apprécié en Chine et au Japon. Sa taille imposante en fait l’un des plus gros bivalves du monde et sa longévité (en moyenne 150 ans) l’un des animaux possédant la plus longue espérance de vie. Cela explique peut-être sa popularité, qui est d’ailleurs à l’image de son prix : plus de 50 euros le kilo.

Pierre-Yves Lerayer

Les algues

Récolte d’agar agar, Route de Makassar à Bira, Sulawesi du Sud © Fabio Achilli – CC BY 2.0

Les algues alimentaires (car toutes ne se mangent pas) sont cultivées depuis le Ve siècle. Elles peuvent être utilisées comme aliment ou comme additif alimentaire tel l’agar-agar. Elles sont composées de 70 à 90 % d’eau et sont riches en minéraux, oligoéléments et vitamines. Leurs protéines contiennent tous les acides aminés essentiels pour l’humain, contrairement aux autres protéines végétales, ce qui en fait un parfait remplacement de la viande. 24 algues sont autorisées à la consommation en France. Attention cependant, elles accumulent facilement les métaux lourds !

Agathe Delepaut

Sources

https://www.inrap.fr/dossiers/Archeologie-du-Sel/Qu-est-ce-que-le-sel-/Les-usages-sociaux-du-sel#.Xc1Vj1dKjIV

https://echel.pagesperso-orange.fr/essai_presentation/histoire_du_sel.html