Prématurés : quand l’amour des parents les sauve

Crédits: Halfpoint Fotolia

Un bébé considéré comme grand prématuré pèse souvent moins d’un kg. Ils paraissent si fins et si frêles qu’il pourrait paraître logique de les isoler du monde extérieur et de tout risque de maladie. Pourtant, plusieurs études ont montré que le contact humain est un besoin vital pour eux. 

Dans sa page dédiée aux enfants prématurés, l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) recommande la méthode « mère kangourou ». Ils définissent cette méthode comme « porter son enfant contre sa poitrine, avec un contact peau à peau, pendant de longues périodes ». Ainsi, le bébé peut être placé sur la poitrine de la mère, jour et nuit, grâce à un tissu noué dans le dos, ce qui permet également un allaitement fréquent. La mère s’habille par-dessus le bébé, afin d’avoir une surface de contact peau à peau maximale. Cette méthode peut paraître surprenante à l’ère de la technologie, et pourtant elle a fait ses preuves. D’après l’OMS, la méthode kangourou pourrait sauver environ 450 000 nouveau-nés chaque année. Une revue de 124 études dans la littérature a montré qu’elle entraînait une réduction de la mortalité de 36 % et des risques d’infections majeurs de 47 %.

La méthode Kangourou peut être salvatrice dans les pays ne disposant pas de dispositifs médicaux pour la prise en charge de la prématurité. Mais le contact peau à peau est également nécessaire dans les hôpitaux bien équipés. Il a été prouvé que les bébés bénéficiant de ce contact avaient un temps d’hospitalisation moyen raccourci d’une dizaine de jours.

Mais cette méthode n’est pas uniquement bénéfique pour la survie et le développement à court terme. Une étude en 2014 a suivi des enfants prématurés sur 10 ans. La moitié avait bénéficié d’une heure par jour de contact peau à peau pendant 14 jours consécutifs, tandis que l’autre avait reçu les soins classiques de couveuse uniquement. 10 ans plus tard, les enfants ayant eu le contact peau à peau avaient une meilleure réponse hormonale au stress, un meilleur fonctionnement du système nerveux autonome, et un meilleur contrôle cognitif.

Ces études montrent l’importance du contact humain chez les enfants prématurés. En dehors de la méthode Kangourou, des études sur le « soft touch » ou touché doux, des caresses légères administrées régulièrement aux prématurés, ont obtenu des résultats similaires. Que le mécanisme qui induit ces résultats soit physique, psychologique, ou un peu des deux, on peut dire que le toucher, langage d’amour, est véritablement salvateur. 

Gaia Jouanna

Sources : 

https://www.who.int/features/qa/preterm_baby_care/fr/

https://www.futura-sciences.com/sante/actualites/bebe-prematures-bienfaits-contact-mere-methode-kangourou-61011/

https://www.sciencedaily.com/releases/2014/01/140106094437.htm